Une petite souris à l’école: spécial « bestiaire »

Parfois, la Petite Souris a de la concurrence dans les classes. Alors aujourd’hui, la parole revient exceptionnellement à toutes ces autres petites bébêtes qui peuplent les classes. 

 

 

Le témoignage (très affecté) de Gipsy (l’araignée, forcément)

« Je vous assure, ce n’est pas faute d’avoir été discrète. J’avais déniché un petit coin tranquille au fond d’un casier rempli de fouillis, la planque idéale, j’y avais une paix royale. Je ne dérangeais personne! Alors imaginez la trouille que j’ai eue quand j’ai vu cette grosse main farfouiller vers moi! Instinct de défense, c’était soit mourir aplatie-écrasée, soit réagir. Dans ces moments, vous le savez bien, on ne réfléchit plus, on agit et hop… je me suis retrouvée sur la main.

Hélas, mal m’en a pris… et ce fut le début de mes ennuis. Une espèce de sirène s’est aussitôt déclenchée dans la classe. Branle-bas de combat, raclements de chaises, limite émeute, tous les élèves agglutinés autour de la Brailleuse qui agitait la main dans tous les sens!

Me voilà alors volant dans les airs, atterrissage un peu rude sur une autre table et surenchère de cris: Quelle horreur!  Elle est super poilue! Elle est énorme! Regardez! Elle a deux crochets rouges! On l’écrase maîtresse? Attention, elle se sauve!  Evidemment que je me carapate, bande de tortionnaires! Poilue moi? Même pas ou si peu! Je vous jure, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre!

La maîtresse demande s’il y a un courageux dans la classe pour me mettre dehors! Qu’est-ce qu’ils croient tous? Que je vais me jeter sur eux, tous crochets brandis??? Ils en ont des bonnes, vraiment! Moi, je suis complètement affolée. Traquée, acculée! On cherche à tout prix à me faire grimper sur une pochette cartonnée. Voilà, ils ont gain de cause, j’y suis! Et bien sûr, ça hurle de plus belle.

A nouveau,  je traverse  la classe sur mon tapis volant improvisé, escortée par une bande d’excités. La maîtresse ouvre la fenêtre et à moi le vol plané, jetée comme une malpropre.

Ce jour- là, j’ai été traumatisée… et j’y ai même perdu une patte. Pas drôle tous les jours d’être une araignée…Mais bon, voyons les choses du bon côté,  cela aurait pu être pire… »

Les déboires de Gaspard le lézard

« Bah moi aussi je suis traumatisé. Je ne suis qu’un bébé lézard qui faisait sa première sortie, attiré par les rayons du soleil. J’ai vu trop tard le petit humain qui m’a chopé par la queue. Aïe! Je n’ai pas tout de suite compris que j’avais perdu ma queue toute neuve! Et là-dessus je me suis retrouvé enfermé dans une boite toute sombre, mon petit coeur battant la chamade, complètement affolé.

Le petit humain a expliqué à la maîtresse qu’il m’avait capturé pour me donner à son chat! Terrifié, je les ai entendu parlementer. Le petit humain a été long à convaincre qu’il fallait me relâcher. Mais la maîtresse a finalement eu gain de cause et d’expliquer aux autres enfants pourquoi je n’avais plus de queue. Une voix fuse alors: « Pas grave, sur le petit bout de queue, un nouveau lézard va pousser! »  Bah voyons! Dès que j’ai vu la lumière du jour, je me suis sauvé sans demander mon reste. Désormais ça me servira de leçon et je me méfierai aussi des petits humains. »

Huguette, Bob, Gudule, Albert, Josette, Philibert, Ursule, Léon etc etc etc…

« Viens mon chou, mon bijou, mon joujou, sur mes genoux, et jette des cailloux à ce hibou plein de poux »

Nous, on ne craint rien ni personne! Plus coriaces que nous, y a pas. En classe nous sommes les rois! On pullule, on se multiplie, on se propage. C’est qu’on n’est pas difficiles: toutes les chevelures font l’affaire même si nous avons une préférence pour les bouclées, les épaisses, bien sûr. Parfois, on n’est pas contre une petite sortie improvisée, faut comprendre, tellement d’autres territoires à conquérir! A bien y réfléchir, nous sommes des Aventuriers, des Explorateurs, des vrais de vrais! »

Pour découvrir ou relire d’autres aventures de la Petite Souris, cliquez ICI !

 

2 réflexions au sujet de « Une petite souris à l’école: spécial « bestiaire » »

  1. J’ai bien rigolé à l’aventure de Gipsy l’araignée, mais c’est pas mal non plus de savoir qu’un lézard entier peut naître d’un bout de queue! Pauvre lézard, pas besoin d’aider les mâtous en les servant sur un plateau. Ils le font déjà très bien par eux mêmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *