Histoires savoureuses glanées par la Petite Souris

Séance fort instructive sur l'école d'autrefois...

Ce jour-là, en classe de CE2, on compare l'école d'aujourd'hui avec celle d'autrefois. Pour cela, la maîtresse passe un diaporama avec des documents d'époque. Exclamations ébahies chez les élèves: 

"Oh les habits! Oh les chaussures! ça alors, il n'y avait pas de cantine? Leurs tables sont trop bizarres! Oh la la, ils écrivaient trop bien..."

Défilent ensuite quelques anciennes photos de classe, en noir et blanc, datant de la fin 19è siècle ou du tout début 20è siècle. Des classes tantôt mixtes, où tous les âges sont mélangés, du tout petit aux très grands. D'autres encore où les garçons et les filles sont séparés, tous vêtus de la même blouse austère. Poses rigides et sévères, pas un sourire. Crâne rasé pour les garçons et tresses pour les filles. Là encore, les réflexions fusent en rafale: 

"Oh il fait trop peur le maître!"

"Ils étaient tous habillés pareil!" 

"Pourquoi ils ont des tâches sur les visages, ils étaient malades?" 

"Mais non, c'est parce que la photo est très ancienne et abîmée par endroit."

Quand tout à coup, Mamadou s'exclame, perplexe: "Mais il n'y a pas de noirs sur les photos!"

En effet...judicieuse remarque...

On passe ensuite aux jeux d'autrefois dans les cours d'école. Dire que la marelle, les billes et les toupies existaient déjà! C'est une révélation. Emile s'écrie alors:

"ça, je reconnais! Maman en a un à la maison pour me punir quand je ne suis pas sage!"

Et cette fois-ci, c'est la maîtresse qui est prise au dépourvu: 

"Euh??? Il s'agit d'une corde à sauter Emile...pas d'un martinet..."
Maîtresse,  casquette "gendarme"!

Ce matin, la maîtresse reçoit un mot d'une maman dans le cahier de correspondance, qui lui demande de signer la punition que sa fille de 6 ans a faite à la maison pendant le week end:  10 lignes malhabiles de "Je dois obéir à maman". Bref, ne manque plus que la signature... de la maîtresse.
Mignon

C'est la fin de la journée, les élèves quittent la classe à la queue leu leu. Au moment de sortir, Yacine (7 ans) se plante devant sa maîtresse et déclare avec flamme: "Si j'étais peintre, je ferais ton portrait!". Puis file à toutes jambes.