Histoires improbables

De nouvelles aventures pour La Petite Souris! Et pour commencer, une devinette: quel rapport y a-t-il entre un plombier et des vêtements qui ont disparu? La petite Souris, sait, elle! Mais il a fallu chercher longtemps pour comprendre…  Dernier indice: le dénominateur commun à ces deux nouvelles anecdotes, c’est… le papier toilette! Bonne lecture.

 

Inondation à l’école maternelle

Depuis quelques temps, les toilettes des maternelles sont régulièrement bouchées. Les femmes de ménage pestent. Les maîtresses expliquent à leurs élèves qu’il ne faut pas jeter autant de papier dans la cuvette. Pas simple! Les petits ont toujours tendance à dérouler le rouleau entièrement…  Or, ce jour-là, c’est le pompon. Les toilettes sont à nouveau bouchés et cette fois-ci, ça déborde, un vrai raz-de-marée, il y a de l’eau partout. Le plombier est appelé en urgence. Coupure d’eau générale, le brave artisan se rend compte que le bouchon n’est pas très loin mais qu’il a l’air très compact, comme coincé, une vraie galère. Pas le choix, va falloir démonter les tuyaux. A la fin de l’opération, qui a pris un long moment, les maîtresses n’en croient pas leurs yeux: le plombier a extirpé des canalisations plusieurs petits slips, shorts et pantalons. Mais d’où ça sort?! C’est alors qu’une maîtresse a comme une révélation. Elle est sidérée et c’est peu de le dire. Voilà des semaines qu’une maman vient régulièrement se plaindre auprès d’elle car les affaires de rechange de son fils, en petite section, disparaissent systématiquement du porte-manteau, ne restant à chaque fois qu’un sac vide. Une énigme insoluble, qui leur a valu de retourner toute l’école, de fouiller les sacs des autres enfants et d’interroger tout le monde, y compris le petit garçon en question ! Mais rien à faire, le mystère restait entier, les vêtements se volatilisaient à chaque fois et on ne les retrouvait pas. On fait venir le petit garçon qui reconnait bien, en effet, ses vêtements. Mais il n’a pas l’air particulièrement heureux de les retrouver et affiche une mine contrariée. Il finit par dire que c’est lui qui les jetait aux toilettes, chaque matin… parce qu’il n’en avait pas besoin.

Danger, pervers!

Début d’après-midi, la classe de CP est train de travailler quand le directeur déboule, la mine contrariée. Il fait signe à la jeune maîtresse de le suivre dans le couloir et en aparté, lui explique la situation:

 » Il y a un problème, va falloir faire une enquête! Les femmes de ménage ont trouvé dans les toilettes des empreintes de main couvertes de merde!!! On aurait voulu imiter la grotte de Lascaux qu’on aurait fait pareil! Il y en a  partout: sur les murs carrelés, les portes, et pas qu’un peu! Un gamin qui étale sa merde partout comme ça, c’est pas normal! La chasse d’eau n’était même pas tirée! Une puanteur ! On a déjà eu un cas semblable il y a quelques années. C’était un gosse qui avait des tendances perverses et qui nous en a fait voir de toutes les couleurs: il mettait exprès ses mains dans son caca et s’en barbouillait et il en tapissait tous les murs, un gros cas lourd!!!! Alors, on ne traine pas, je vais prévenir la psychologue scolaire et de votre côté, interrogez vos élèves, s’ils ont vu quelque chose! »

La maîtresse a tout écouté sans broncher, oscillant entre la stupeur, l’embarras et… le fou rire. Puis finit par hasarder :

« Euh... Et si ça avait plutôt un lien avec mon petit Anatole? En rentrant de cantine, il y a un quart d’heure, il est venu me voir en pleurant, il était plein de caca. Il avait la diarrhée et aux WC, il n’y avait plus de papier de toilette… Alors il s’en est mis partout! Je viens d’appeler une dame de service pour qu’elle le nettoie et j’ai aussi prévenu la maman... »

Incrédulité du directeur, qui doute encore:

 » Alors, ce n’est pas un pervers?« .

« Non, je ne crois pas… Juste une gastro…une méchante gastro… » sourit la maîtresse.