Du côté des maîtresses, par le petit bout de la lorgnette… (3)

pencil-843568__180

 

Suite de l’abécédaire sur le petit monde des professeurs des écoles. Que du vécu et de l’authentique… Bonne lecture!

 

 

L comme lacets mouillés.

Dix fois par jour, la même litanie en récréation :

« Maîtresse, tu pourrais refaire mes lacets s’il te plaaiiiit… »

Des lacets détrempés à souhait, tout noirs et tout dégoulinants.

« Hum… Mais bien sûr… Approche !»

M comme Manutention.

Une journée de pré-rentrée ordinaire à l’école: nouveaux effectifs, la classe qu’il faut aménager en conséquent. Partout dans les classes, un énorme chambardement. Des gros boums, des crissements stridents, des chaises qui dégringolent, des « Allez, tu vas bouger, oui ? », des « Aïe ! » et des « Qui peut venir m’aider une seconde ? ». Ce sont les enseignantes, prises de frénésie, qui bougent les tables, déplacent des armoires, font glisser sur le sol des cartons lourds comme du plomb, trimballent des piles de livres, vident les placards pour mieux les remplir dans la foulée. Le souffle est court, le regard un peu hagard, les cheveux ébouriffés. Les muscles sont endoloris. Les mains sont noires de poussière, ça éternue de partout. C’est sûr, ce soir, il risque d’y avoir des courbatures…

P comme Perles:

« Mon fils souffre d’allergie aux figues de Bulgarie… »

« Le femelle du bouc est la bouclette… »

« Comment s’appelait le roi qui a été guillotiné pendant la Révolution Française ?

–       Hilter, maîtresse ! »

« Maîtresse, pourquoi les Romains s’habillaient avec des rideaux ? »

« Maîtresse, j’ai le nez qui couille!  »   » Le nez qui quoi? »  « Qui couille!!! »

(Ici devait se trouver la lettre O. Mais elle s’est perdue dans le bazar de la classe…On la retrouvera peut-être un jour…)

P comme Poux en goguette.

Les poux aussi ont besoin de se dégourdir les pattes. A certaines heures de la journée, ces charmantes petites bêtes  quittent les chevelures pour aller prendre l’air. Certains s’aventurent sur les épaules ; les plus hardis se hasardent sur la table…

Q comme Questions récurrentes :

C’est avéré, les enfants sont des petits curieux insatiables. Voici les questions les plus posées par les élèves à leurs maîtresses…

1.Est-ce que tu es mariée ? (Et gare si la maîtresse s’adresse à un inconnu dans la rue, pire si elle lui sourit et donne l’impression de le connaître car aussitôt:  « c’est ton mari, le monsieur?« )

2. Tu as des enfants ? (et tout ce qui s’ensuit: leurs noms, leur âge…)

3. Où tu habites? (Regard perplexe: connait pas. C’est dans une autre ville? Mais non, c’est juste un autre quartier…)

4. Quel âge tu as ? (Ah ça, cela dépend de l’humeur badine ou non de la maîtresse. On va dire que cela peut être très variable!!! Entre … 22 et 42 ans??? Heureusement, les enfants ne sont pas contrariants...)

5. Comment tu sais tout ça? ( ah ah, incroyable mais vrai, la maîtresse a aussi été à l’école, avant…)

6. Pourquoi tu t’es coupée les cheveux ????  (Question qui revient bien tous les 3 mois…le crime absolu.)

7.  Est-ce que c’est nous, tes élèves préférés? ( petits moments complices quand tout le monde est content de soi…)

8.  Est-ce que mon frère travaillait bien quand il était dans ta classe ? (Jalousie ou malice, c’est selon...)

Et la question best-seller, celle qui ne loupe pas, chaque année et qui nous fait prendre un sacré coup de vieux:

9. Maîtresse, toi, tu l’as connu Louis XIV ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *