Du côté des maîtresses, par le petit bout de la lorgnette… (1)

pencil-843568__180Pour débuter l’année 2016 dans la bonne humeur et le sourire, je vous invite à découvrir un petit abécédaire malicieux sur le quotidien des professeurs des écoles. Premier épisode aujourd’hui, la suite très prochainement!!! Bonne lecture!

A comme Alerte virale.

C’est l’hiver, les élèves tombent comme des mouches un par un. Gastro, Grippe, Rhinopharyngite, Otite, Angine sont de retour. Partout ça tousse, crachote, renifle, éternue. Coûte que coûte, les maîtresses bravent les attaques virales et tiennent bon tant bien que mal. Flanchera, ne flanchera pas ? Chacune ses grigris. L’une ne jure que par le gel pour main antibactérien, antifongique, actif sur virus, même les plus virulents, ultra décapant. Une autre se booste à l’homéopathie dès le mois de septembre, tout est planifié dans son agenda au jour près. Une autre encore s’en remet à son arsenal d’huiles essentielles aux propriétés antivirales, chacune sa spécialité. Il y a celle qui avale tous les matins de la gelée royale et du pollen. Et puis il y a la Fataliste, adviendra ce qui pourra, et qui servira de témoin. Quelles seront celles qui sortiront indemnes des attaques virales ? Suspense…

B comme Ballon.

C’est un fait avéré, les ballons s’échappent souvent des cours de récréation. Aux maîtresses alors d’accomplir l’impossible pour les ramener aux enfants éplorés:  se mettre à quatre pattes pour les débusquer sous une voiture et risquer la luxation de l’épaule. Ou bien affronter des taillis pleins d’épines, à l’aveugle, juste guidée par un chœur d’élèves agglutinés derrière le grillage : « à droite, à gauche, non, devant, non, derrière, là, là, maîtresse ! », et en ressortir toute échevelée, couverte de débris végétaux. Ou encore ramasser le ballon – pas de chance ! – qui a atterri dans la seule flaque d’eau qui se trouvait là, et le rapporter à bout de bras, spongieux et malodorant.

C comme Chocolamania.

Dans certaines écoles, les enseignants souffrent d’addictions pour le moins étranges. Comme celle pour les tablettes de chocolat par exemple… Au lait, noir, aux noisettes, aux amandes, au coulis de menthe ou d’orange, c’est bien connu, le chocolat  procure un bien-être et un plaisir dont on a du mal à se passer, une fois qu’on y a goûté.  Mais dès que le pli est pris, impossible de s’arrêter. On goûte une première tablette et puis une autre et encore une autre. Et de fil en aiguille, on se lance dans la surenchère, en quête de la perle rare, de La tablette, un peu comme Charlie dans la Chocolaterie. Et puis, insidieusement, on en arrive à des situations extrêmes et c’est ainsi que dans certaines salles des maîtres, des portes entières sont tapissées d’emballages soigneusement découpés.

D comme Drague.

La maîtresse a souhaité un rendez-vous avec les parents du petit Mathias. Elle attendait le couple mais c’est d’abord le père qui débarque, un très grand gaillard, regard bleu enjôleur, le muscle saillant sous la chemise légèrement entrouverte, dévoilant un poitrail poilu, le teint impeccablement bronzé. Il serre la main que lui tend la maîtresse et la garde plus longtemps que nécessaire, la détaillant d’un regard connaisseur. Puis, sans lui laisser le temps d’en place une, il prend la parole d’office, volubile et charmeur :

« Ma femme s’excuse pour son retard, elle arrivera d’ici cinq minutes, un contretemps professionnel. En tout cas, je comprends mieux pourquoi mon fils ne marche pas mais court pour aller à l’école ! Je peux vous dire que vous l’avez métamorphosé ! En même temps, je comprends, si j’avais eu une maîtresse aussi jolie que vous à son âge, j’aurais sans doute mieux travaillé à l’école !!! A ce propos, si vous avez le moindre de problème de comportement avec Mathias, n’hésitez pas à me contacter ; j’ai noté mon numéro de portable sur la fiche de renseignement… Mais vous préférez peut-être que je vous le redonne ? »

A cet instant, la porte s’ouvre à nouveau et la maman de Mathias, petite femme obèse au souffle court, fait enfin son apparition: « Excusez-moi pour le retard, j’ai manqué quelque chose ? »

La suite au prochain épisode…

3 réflexions au sujet de « Du côté des maîtresses, par le petit bout de la lorgnette… (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *