Du côté de l’objectif…

 

Bonjour à tous! Voici une nouvelle photo qui m’a particulièrement touchée et inspirée, par sa poésie, sa mélancolie aussi.

Alors bien sûr, j’aurais pu imaginer et raconter la scène pas très glorieuse d’un abandon volontaire: une histoire qui se passerait dans les années 60,  un propriétaire indélicat pressé de se débarrasser d’un vieux véhicule devenu encombrant, et qu’il aurait emmené, ni vu ni connu, dans ce lieu perdu loin de toute habitation. Cinquante ans plus tard, qui saurait dire à qui ce vieux tacot appartenait autrefois?

Mais non. J’ai préféré me laisser porter par ce que pouvait raconter cette vieille carcasse. Et voici ce que j’ai « entendu »…

 

Par un étrange  et ironique mimétisme, une vieille épave  a adopté les couleurs géologiques des « ruffes » ( roche rouge dont la couleur est due à la présence d’oxyde de fer, remontant à la fin de l’ère primaire, entre 280 et 225 millions d’années) comme si elle cherchait à se fondre  dans le paysage et gagner en honorabilité, culpabilisant d’avoir été abandonnée sans égard au milieu de cette nature  majestueuse. Depuis quand est-elle là? Quelle est son histoire? Plus personne ne sait, comme si elle n’avait jamais existé. Tôle arrachée, moteur éventré, elle se la joue alors caméléon, petit à petit digérée, grignotée, érodée.  Carcasse de métal  qui n’a, hélas, que la rouille pour se camoufler.
PS: cette photographie a remporté l'adhésion des suffrages lors d'une exposition. 

photographie: Dominique Chavy Texte: Isabelle Chavy

 

Pour découvrir d’autres photographies et textes, cliquez ici!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *