Archives mensuelles : avril 2018

Une petite souris à l’école: A la pêche aux…surprises.

La Petite Souris est de retour pour une nouvelle chronique, qui, elle l’espère, ne laissera personne insensible. Bonne lecture et à bientôt!

 

 

 

Ce jour-là, la Petite Souris quitte exceptionnellement  la classe pour accompagner des CM2 à leur dernière séance de canoë, kayak  & voile sur la Sèvre Niortaise, aux portes du Parc Naturel régional du Marais Poitevin.

Soleil printanier, eau verte translucide par endroit, la nature qui s’éveille, exubérante, des promeneurs à pieds ou à vélo sur les berges, des pêcheurs. Le cadre est bucolique, un vrai petit coin de paradis.

Sensibilisés au comportement éco-citoyen, les enfants et leur maître décident d’en profiter pour ramasser les détritus qui flottent à portée de rames, histoire de faire d’une pierre deux coups.

Au bout d’une quarantaine de minutes, retour vers la berge et mise en commun de la pêche improvisée. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est  fructueuse! (voir la photo immonde ci-dessous) avec dans la catégorie « dégoût absolu »,  une bouteille en plastique… remplie d’urine! Celle-ci a d’ailleurs failli retourner à l’eau quand nos jeunes pêcheurs, horrifiés, ont réalisé que ce n’était ni du jus de citron ni du soda.

Hé oui, les enfants. La crétinerie humaine dans toute sa splendeur. Ou quand la nature est prise pour un dépotoir, sans vergogne ni complexe.

Choc, indignation, des beurk en cascade. Comment c’est arrivé là? Qui a fait ça? Pourquoi? Incompréhension. Car il est évident que certains déchets ont été jetés à l’eau en toute (in)conscience. Volontairement.

Faut-il donc que cela soit aux enfants de faire la morale aux plus grands?

Des enfants, qui deviendront grands à leur tour. Et qui, espérons-le, continueront, peut-être, de penser à ce jour de pêche improvisée, tandis que d’autres oublieront…

« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. » (proverbe africain cité par Saint Exupéry dans Terres des hommes, 1939)

Alors continuer d’éduquer et de sensibiliser, encore et toujours…