Archives mensuelles : février 2017

Du côté de l’objectif…

 

Je ne sais pas vous, mais toute cette pluie et ce vent me donnent des envies furieuses de printemps. Or, il se trouve que les premiers amandiers fleurissent déjà, là-bas dans le sud! Un signe qui ne trompe pas! Voici une nouvelle photographie ( de mon photographe préféré!) accompagnée d’un petit texte, histoire de s’accorder un petit moment d’évasion…

 

Lumière diffuse d'un ciel gris de fin d'hiver.  
Quelque part en Provence,  un majestueux amandier en fleur se dresse. Isolé, exposé à tous les vents, mais tenant bon. Ses délicats pétales rose pâle frémissent comme le voile de ces mariées d'autrefois. On se demande d'où il puise une telle vitalité. 
Il est l'arbre Sentinelle, l'arbre Gardien, annonciateur du printemps qui sera bientôt là. 
Tant que les amandiers seront en fleur...

Du côté de l’objectif…

 

 

L’hiver commence à donner des signes de faiblesses, le printemps se profile lentement à l’horizon, il y a des signes qui ne trompent pas… Avec cette nouvelle photographie, je vous invite dans un monde où la magie existerait encore, comme en ces temps lointains où les hommes vénéraient et invoquaient Dame nature. 

 



Lieu enchanté

C'est un endroit secret et mystérieux, qui ne se dévoile que quelques jours par an. Pour avoir la chance de contempler ce miracle, il ne faut pas avoir peur de marcher longtemps, de quitter le sentier et de se laisser juste guider par le son de l'eau. Une mélodie vive et cristalline qui emplit tout le sous-bois.

On dirait une rivière à fées. Un lieu magique habité par des ondines. Dans les mythes d'autrefois, on attribuait l'alimentation en eau des torrents et des fontaines aux larmes des ondines. Ceux-ci se tarissaient dès qu'une de ces fées se sentait offensée. Il était alors coutume de jeter diverses offrandes dans les eaux, tels que des guirlandes de fleurs, des épingles ou des tessons de bouteilles, qui étaient pour les ondines de véritables trésors miroitant dans l'eau.

Le réveil de ce torrent éphémère dépend en fait de la résurgence qui l'alimente en amont. De grosses pluies sont tombées toute la semaine dernière. La résurgence a fini par déborder, libérant ses eaux tumultueuses du haut des falaises.

Le sous-bois résonnera pendant plusieurs jours du bruit de la petite rivière dévalant ses pentes, avant que celle-ci ne se tarisse, jusqu'aux prochaines grosses pluies hivernales. Il faudra alors à nouveau patienter pour espérer y apercevoir, peut-être, une ondine peignant sa longue chevelure d'or.

PS: Le nom de l'endroit est gardé volontairement secret à la demande du photographe, car fragile et donc à préserver...


 

Pour découvrir d’autres photos et textes, cliquez sur le lien ici !!!

 

Du côté des maîtresses, par le petit bout de la lorgnette

 

Voici une nouvelle  anecdote, qui pourrait être rangée à la lettre L ou C, c’est selon, dans l’abécédaire consacré  aux maitresses vues par le petit bout de la lorgnette. En effet, pour le titre j’ai hésité: j’ai finalement choisi  « La maitresse sentimentale » mais cela pourrait être aussi: « Comment arnaquer la petite souris ».

A vous de choisir! Et bien sûr, comme d’habitude, rien que de l’authentique et du vécu… Bonne lecture!

 

La maîtresse sentimentale

La maîtresse avait une bague qu’elle chérissait particulièrement. Oh rien d’extrêmement précieux, juste un anneau en argent serti de petits brillants et surmonté d’un petit losange en faux? vrai? ivoire – ça, elle ne l’avait jamais su. Non, toute sa valeur était sentimentale. C’était sa grand-mère qui la lui avait offerte pour ses seize ans, une  bague ancienne, joliment rétro, une bague que sa grand-mère portait  dans les années 30.

Un jour, alors que la maîtresse rentrait de récréation avec ses élèves, ce fut le gros choc: le petit morceau en vrai/faux ivoire avait disparu, laissant un trou à la place. Consternation totale: il avait en effet tendance à branler un peu ces derniers temps. Il avait dû tomber quand elle avait enlevé ses gants. Mais il était si petit, autant dire qu’elle ne le retrouverait jamais.

Au même instant, des cris retentirent du côté des portes-manteaux, une vraie foire d’empoigne entre quatre ou cinq garçons qui se ruaient à quatre pattes sur le carrelage.

L’instinct, l’intuition, appelez-ça comme vous voulez, mais la maîtresse sut presque instantanément de quoi il en retournait et son sang ne fit qu’un tour. Elle fendit l’attroupement juste à temps pour entendre:

« C’est quoi ce truc? Hé ! J’ai trouvé une dent! »

 » Montre-là! Je veux voir! »

« Oh donne la moi! Tu crois que si je la mets sous mon oreiller, la petite souris viendra? »

« Mais ça va pas? La petite souris, elle est pas folle, elle verra bien que c’est pas ta dent! T’as même pas de trou dans ta bouche! »

La maîtresse leur tomba dessus comme une tornade: « Donnez-moi ça! Mais non, ce n’est pas une dent, n’importe quoi! » , tachant de contenir la petite voix indignée en elle qui hululait : « rendez-moi la bague de ma grand-mère, bas les pattes, vous allez finir par la perdre pour de bon!!! »

A regret, les garçons tendirent leur trophée et la maîtresse s’en empara dignement. ça, une dent? Non mais, n’importe quoi! Fin de l’incident, sujet clos. Et soupir de soulagement de la maîtresse, tout finissait pas si mal.

Un peu plus tard dans la journée, lorsque la maîtresse se retrouva seule, elle sortit de sa poche le petit morceau écru et la bague estropiée. Elle les considéra avec des yeux tendres mais lucides aussi, réalisant après coup tout le comique de la situation : SA bague adorée n’était que de la pacotille,  la colle vieille  de 80 ans avait fini par céder, et le petit morceau d’ivoire se révélait être juste du plastique ou de la résine. Dans le fond bien sûr, ça lui importait peu. Sa valeur n’avait jamais été là. Mais  elle ne la remit plus jamais, à l’école tout au moins: trop peur que les enfants ne s’écrient:  » Oh mais c’est la dent qu’on avait trouvé! »