Archives mensuelles : avril 2016

Par le petit bout de la lorgnette… ( du nouveau!)

pencil-843568__180

 

Un petit tour et puis s’en va, voici le retour de l’abécédaire malicieux du monde de l’école, histoire de placer quelques lettres retardataires. Bonne lecture!

 

H comme la maîtresse hallucine…

A la fin de la récréation, la maitresse met en rang ses élèves de moyenne section. Avant le retour en classe, passage obligé par les toilettes, comme d’habitude. Deux par deux, le rang avance docilement. Mais cette fois-ci personne n’a envie de faire pipi; pas besoin de s’arrêter, on ne fait que passer. C’est alors qu’à cet instant précis, la maîtresse voit Titouan qui trempe ses doigts dans les pissotières et avant qu’elle n’ait le temps de réagir, il se retourne vers son camarade et lui dessine tranquillement le signe de croix sur le front…

P comme Poissons d’avril!

C’est bien connu, le 1er avril, les maîtresses doivent surveiller leurs arrières: il pleut des poissons de partout et de toutes sortes, des baleines, des sardines, des maigres, des gros, certains qui ont de vagues airs de méduses, d’autres carrément non identifiables… Qu’importe ! C’est à celui qui en collera le plus sur le dos des maîtresses. Il y a les fins stratèges: un élève fait diversion tandis que le complice colle son poisson avec la discrétion d’un mammouth. Il y a  ceux qui se la joue « agent secret » mais qu’on voit venir à des kilomètres, à quatre pattes ou en faisant des détours impossibles.  Et hop! Une grande claque dans le dos car il faut bien que ça colle!!! Et non, la maîtresse qui n’a vraiment rien senti! Bien sûr, ça glousse, ça ricane de partout, ça montre du doigt. Certains reviennent à la charge: pas drôle, le manteau de la maîtresse glisse, les poissons ne collent pas! Ah mais dans les cheveux ça tient mieux! Les voilà qui sautillent. Pas facile quand on est trop petit… Les plus jeunes, quant à eux, sont trop attachés à leurs jolis poissons. Alors ils les collent en riant, sans même se cacher puis  viennent les reprendre !

Mais une fois en classe, c’est le retour au calme. Il faut bien se mettre au travail, 1er avril ou pas. Comme d’habitude, les élèves sortent leur cahier du jour et copient soigneusement la date: vendredi 32 mars.

« Hé, maîtresse, tu t’es trompée! On n’est plus en mars!« , fait une petite voix perplexe.

Ah ah POISSON d’avril ! Tombés dans le filet, tous les petits poissons…

R comme la maîtresse Rigole en douce…

Julie et Noé, 7 ans,  jouent ensemble. Julie dit à son petit copain qu’elle est née le 20 août. Noé tique: elle serait donc « plus grande que lui »? C’est forcément une erreur! D’un air condescendant, il conteste:

« Depuis quand tu es née en aout, toi? »

« Bah, depuis ma naissance.  » répond tranquillement Julie, sans se démonter.