Une petite Souris à l’école en deuil.

La petite Souris a une pensée émue pour Christine Renon, que l’on enterre aujourd’hui. Une enseignante et directrice d’une école à Pantin, que le métier (ou le sacerdoce? ) a tellement usée, démoralisée, moralement et physiquement, qu’elle a fait le choix d’en finir de façon radicale…

Cette dame avait 58 ans. La retraite était pour bientôt, un repos amplement mérité, après tant d’années consacrées, dévouées, à l’école et à ses élèves. Sur le papier, il ne restait que quelques petites années à tenir, encore, la tête hors de l’eau, tant bien que mal… avant de pouvoir enfin souffler et passer le flambeau.

Mais c’étaient encore quelques longues années de trop.

58 ans et combien d’années accomplies consciencieusement, tel un bon petit soldat, au service de l’éducation nationale, pour en arriver là… ? De longues années durant lesquelles elle a assisté, impuissante, comme tous ses collègues, à l’inexorable dégradation des conditions de travail. Pour finir broyée…



Après un long silence…

… je viens enfin vous donner quelques nouvelles.

Plusieurs projets sont sur le feu pour les mois à venir ! Je vous tiendrai au courant au fur et à mesure.

Mais pour commencer, cette annonce, pour tous ceux qui me le demandaient et qui patientaient : la parution en librairie, partout en France, de mon roman Le secret d’Alix est fixée au 17 octobre 2019 !

A très bientôt!

Mon prochain roman…


Mon prochain roman (en cours d’écriture – je flâne, je prends mon temps…) vient de rencontrer « sa » mélodie… Comme un coup de coeur, une évidence… Une musique entendue pour la première fois pendant le magnifique concert des Orchestries à Niort, début juillet. Et tandis que j’écoutais, toute mon histoire a défilé…

A écouter, les yeux fermés…

Des lieux inspirants (2)

Même les grandes demeures bourgeoises ne sont pas à l’abri de l’oubli et de l’abandon. Celle-ci, pourtant, devait avoir une sacrée prestance autrefois.

La famille qui y vivait, était importante et riche. Cette maison était le symbole de leur réussite sociale. Mais il y eut les premiers revers de fortune. Puis les querelles d’héritages, les partages impossibles, les désaccords insolubles. Les héritiers, tous éparpillés, se sont peu à peu désintéressés de son sort et la demeure est devenue encombrante.

Elle devint alors le royaume des squatters et des explorations nocturnes. Jusqu’à ce qu’on décide, un jour, pour des raisons de sécurité, d’en murer tous les accès.

Depuis, telle une mystérieuse et envoutante Belle au bois dormant, elle semble attendre qu’on la réveille…

.

Des lieux inspirants

Certains lieux racontent à eux tout seuls des histoires. J’ai toujours été fascinée par les vieilles demeures, un peu isolées et mystérieuses, et les vieux bâtiments laissés à l’abandon. Lorsque je me promène, rien ne m’attire plus que d’essayer de voir ce qui se cache derrière des murs, une grille close, des volets fermés. J’adore les portes dérobées, celles qui sont fermées à clé et derrière lesquelles se cachent tous les possibles. La nature reprend si vite ses droits. Pourtant autrefois, ces lieux étaient animés et plein de vie.

Ce sera le sujet de mon prochain roman : l’histoire d’une vieille maison, digne, isolée, mystérieuse… et de ses occupantes…

A bientôt!

Ancien moulin

Une écriture à quatre mains…

Cet hiver, je me suis attelée à un projet totalement nouveau pour moi mais ô combien enrichissant et passionnant : co-écrire le texte d’un court-métrage avec l’auteur Fabien Bonnet!

Quelle histoire, dans tous les sens du terme !

Dans tous les cas, une magnifique expérience!

Tout commença d’abord par une rencontre avec les photographes Michel Paradinas et Eric Chauvet, fondateurs de l’association On y va, à l’origine du projet : faire un film sur le thème du Polaroïd.

Suite à un appel dans les médias, ils réussirent à rassembler plus de 300 Polaroïds (généreusement prêtés) . Des clichés aussi divers que variés, de tout horizons, représentant des scènes de vie, de vacances en famille ou entre amis, des portraits et de paysages, destinés à devenir le terreau de notre future histoire…

Puis Michel Paradinas nous laissa carte blanche: libres à nous maintenant d’imaginer ce que nous voulions, tout était permis!

Cela donna naissance à cette histoire « à deux voix », celles de Jacques et Sarah, nos deux personnages.

La projection du film aura lieu au CSC Nord de Niort vendredi 12 avril. Si vous êtes dans les parages, venez, venez !

Puis plus tard, un livre sera édité, mêlant textes et photographies!

En attendant, voici le résumé de l’histoire:

Dans le mot polaroïd, rôde le mot polar…

Hiver 1976. Jacques, un brillant étudiant en droit sursitaire, effectue son service militaire dans les Deux-Sèvres. A l’issue d’une course d’orientation, il disparaît mystérieusement. Les recherches entreprises demeurent vaines. On ne retrouvera que son casque et ses bottes, disposés de façon très étrange, au bord d’un chemin enneigé, non loin d’un fleuve. Trois mots sybillins, griffonnés sur un morceau de papier, laissent songer à un suicide.

Quarante-deux ans plus tard, Sarah, la jeune étudiante en lettres que Jacques devait épouser à sa sortie de la caserne, reçoit, via son blog, un invraisemblable message assorti d’une photo instantanée. Un polaroïd pris le jour même de l’inexplicable disparition…

Voilà ! Il ne vous reste plus qu’à découvrir le film maintenant ! A très bientôt j’espère!


Quelques dates de dédicaces…

Si vous êtes du côté de la Rochelle, de Challans ou encore de Limoges, venez me voir lors de mes prochaines séances de dédicace!

Voici les dates :

Samedi 23 février, à partir de 14H30, je serai au France Loisirs de la Rochelle.

Samedi 16 mars, à partir de 15h, je serai à Challans.

Samedi 23 mars, à partir de 14h30, je serai accueillie par le France Loisirs de Limoges !

Je suis ravie de pouvoir aller à votre rencontre et je vous dis à très bientôt!